Les baies de goji sont une superfood : info ou intox ?

baies-de-goji

Très en vogue dans le monde occidental depuis quelques années où on les qualifie volontiers de superfood (ou superaliment), les baies de goji sont aussi décriées par certaines publications. Marketing, effet de mode, pub mensongère ? Voilà un article de fond où je vous livre le fruit de mon enquête.

Je ne sais pas vous, mais à force de voir des articles vantant un peu trop les mérites de ci ou de ça, je finis souvent par m’en méfier. Pourquoi alors écrire un article sur les baies de goji ? Omniprésentes dans la cuisine de Maman, j’en consomme régulièrement depuis mon enfance. C’est un ingrédient présent dans la pharmacopée chinoise et c’est ainsi que je le connais avant de savoir que c’était un superaliment dans le monde occidental. Je ne suis pas nutritionniste ni naturopathe ni médecin, mais je m’intéresse beaucoup à mon alimentation et aux répercussions qu’elle peut avoir sur la santé. J’ai eu envie de creuser le sujet et de partager l’information que j’ai glanée au gré de mes recherches, saupoudrée d’un peu de savoir hérité de la médecine traditionnelle chinoise.

Les articles faisant la part belle aux baies de goji fleurissent sur Internet : elles font partie des aliments les plus antioxydants de la planète, elles sont bourrées d’éléments nutritifs et de minéraux… On peut même lire sur Internet qu’elles contiennent 400 fois voire 500 fois plus de vitamine C que les oranges ! J’ai beau avoir intégré les baies de goji dans mon quotidien, je reste sceptique quand je tombe sur ce type d’information. C’est bien trop beau pour être vrai, non ? Si c’était le cas, une poignée de baies de goji aurait le même effet qu’une louche de potion magique de Panoramix. La prudence est de mise, rappelez-vous que les raccourcis donnent de l’information trompeuse (et le marketing ne s’en prive pas pour attirer le client). J’ai essayé dans cet article de démêler le vrai du faux pour que vous vous y retrouviez plus facilement et pour que vous sachiez mieux ce que vous achetez !

 

Trop d’éloge tue l’éloge

La superfood fait parler d’elle depuis le début des années 2010 dans le monde occidental et ne cesse d’être encensée dans la presse, sur Internet et en boutique. Des pluies d’éloges ici et là. Rien d’étonnant à ce que des voix opposées s’élèvent, et à raison ! Vous avez déjà peut-être lu cet article mi-comique mi-cynique publié sur Slate à l’été 2016.

L’auteure l’a écrit après avoir lu un article consacré à la superfood publié sur The Guardian, dont voici ma traduction pour le paragraphe relatif aux baies de goji :

Auparavant appelées “wolfberries” (edit : littéralement “baies du loup”), les baies de goji ont vu leur prix s’envoler et désormais vendues sous une appellation aux sonorités chinoises, elles coûtent cher. À l’état brut, elles ressemblent à du raisin rouge rosé de forme allongée. Une fois séchées, vous pourriez les comparer à des raisins secs rouges. Elles sont donc pratiques à consommer, en snack ou dans des mélanges. On dit que le célèbre herboriste chinois Li Ching-Yuen aurait vécu 197 ans (voire 256 ans) en suivant un régime alimentaire faisant la part belle aux baies de goji mais ce n’est qu’une légende.

Vertus santé

Les baies de goji jouent un rôle clé dans la médecine traditionnelle chinoise depuis des millénaires mais cela ne prouve rien.

Tout comme pour la médecine traditionnelle européenne, on peut largement considérer que la médecine traditionnelle chinoise a été et reste au pire, une façon nocive de soigner ou au mieux, un geste inutile qui rassure.

Manger des baies de goji ou en boire le jus ne vous fera pas de mal, n’ayez crainte. En revanche, rien ne prouve qu’elles sont plus bénéfiques que n’importe quel autre fruit. Les études montrant qu’elles soigneraient le cancer, les maladies cardiaques et d’autres troubles sont menées sur des échantillons peu significatifs, dans des conditions inappropriées et bien souvent, avec des doses d’extraits de goji plus importantes que ce que vous pourriez manger en temps normal.   

Note écologique

Correct. Vous pouvez en cultiver vous-même, sachant que la majorité d’entre elles provient de Chine.

Note hipster

Bon, surtout si vous pouvez parler de comment vous les cultivez.

Combinaisons gagnantes

Jus, mélange de céréales.         

On sent bien que l’auteure de l’article publié sur Slate coupe court aux discours vantant les mérites des baies de goji et rappelle aux internautes de ne pas s’emballer sur les vertus supposées ou avérées de ces petites baies rouges (et des autres aliments étiquetés “superfood”). Des fruits et des légumes du coin et de saison, c’est très bien aussi et je suis d’accord ! L’information intéressante à garder : c’est possible d’en cultiver soi-même sous nos latitudes et apparemment, ça pousse très bien. Il suffit de faire germer quelques baies et on obtient après un certain temps, un joli arbuste aux baies rouges consommables. Ceci dit, il faut attendre 4 ans avant que l’arbuste arrive à maturité. L’auteure dénigre également le pouvoir de la médecine traditionnelle chinoise et mes poils se sont hérissés à la lecture de l’article, mais je ne développe pas plus car ce n’est pas l’objet de cet article. 

 

Lyciet barbarum, lyciet chinense, lyciet tibeticum… Heu, késako ?

L’appellation « baies de goji » fait référence aux baies du lyciet (lycium) dont on dénombre un grand nombre d’espèces (allant d’une quarantaine à une centaines d’espèces connues selon les sources d’information consultées sur Internet). Les espèces de baies de goji commercialisées pour consommer les fruits sont :

Et le lycium tibeticum ou le lycium tibeticus ?

Ce ne sont pas des termes botaniques comme le lycium barbarum ou le lyciet chinense, ce sont juste des termes plus vendeurs. L’évocation du Tibet fait plus rêver qu’un simple « made in China » alors certains commerçants ne s’en privent pas pour semer la confusion. Dans la même veine, l’espèce lycium chinensis n’existe pas. C’est un peu comme tomber sur des contrefaçons d’Iphone en Chine. Il suffit de regarder dans les vitrines et les étals de marché pour voir des Iptone, des Hiphone ou d’autres variantes orthographiques loufoques qu’on associe forcément à la marque à la pomme 😉

On pourrait penser que je cherche la petite bête mais connaître ces subtilités vous donneront des indications sur l’honnêteté et/ou le degré de connaissance du vendeur et par là même, la qualité du produit.

Quelle est la différence entre les deux espèces de baies de goji vendues dans le commerce ?

  • le lycium barbarum est l’espèce la plus riche en vitamines, en minéraux et en anti-oxydants. La plupart des études scientifiques ont été réalisées avec cette espèce de baies de goji. C’est celle que l’on vend en Occident et qui est utilisée dans la pharmacopée chinoise. Les baies ont un goût à la fois amer et sucré.
  • le lycium chinense est une espèce moins riche sur le plan nutritionnel. On ne la trouve que sur le marché asiatique (Chine, Corée, Japon). Elles ont apparemment un goût plus amer. On s’en sert dans la cuisine ou pour faire des infusions.

Précision : si vous lisez « Baies de goji de l’Himalaya » sur un emballage avec la mention lycium barbarum, tout va bien. Le premier terme attire l’oeil et vous fait rêver (discours marketing), le second vous confirme que c’est bien une espèce existante (terme botanique).

 

Culture 

Chine-provinces-baies-de-goji

À l’heure actuelle, la Chine est le plus grand producteur de baies de goji (plus de 90 % de la production mondiale). Les baies sont cultivées dans quelques régions du Nord-Ouest de la Chine, à savoir le Ningxia, la Mongolie intérieure, le Qinhai et le Gansu. Et à chaque région productrice ses spécificités. C’est le Ningxia, une petite province autonome de Chine, qui assure à elle seule 80 % de la production du pays (ce qui fait grosso modo 75 % de la production mondiale). Quant à savoir si les baies de goji en provenance du Ningxia sont vraiment de qualité, j’entends par là produites sans (trop de) pesticides et séchées de façon à garder toutes ses propriétés nutritionnelles, je vous avoue que je m’arrache les cheveux depuis un moment… Je trouve des informations contradictoires sur Internet. Certains sites en vendent les mérites (pour les vendre sur leur propre site), d’autres les accusent d’être bourrées de pesticides (pour vendre celles estampillées « made in Tibet »). Et on parle de « culture raisonnée » sur les sites chinois. Qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Et qui dit vrai dans l’histoire ? Allez savoir. J’approfondirai le sujet pour en faire un article à part entière…

En tout cas, voilà à quoi ressemblent les baies de goji fraîches.

 

baies-goji-arbuste

Il faut noter que la France cherche à percer dans la production biologique des baies de goji. Affaire à suivre.

 

Les bienfaits des baies de goji

Les sources d’information listant les bienfaits des baies de goji abondent sur Internet. Pas de liste exhaustive ici mais les principales choses à savoir selon moi pour un bon usage au quotidien. Les baies de goji ont un effet sur :

  • l’énergie (en cas de coup de fatigue ou en période de convalescence)
  • le système immunitaire
  • les reins
  • les yeux irrités
  • le sommeil
  • la toux sèche
  • etc.

Pour plus de détails sur les vertus des baies de goji dans les cas particuliers (fertilité, grossesse, ménopause, perte de poids, cholestérol, diabète, migraine, etc.), voici quelques sources d’informations utiles :

  • Goji et Maca : le site est clair, bien fourni et laisse le soin au lecteur de se faire son propre avis, c’est très appréciable
  • Goji de qualité : le site contient beaucoup d’informations complémentaires et vante les mérites des baies de goji provenant du Ningxia
  • Baies-de-goji : le site est intéressant et plus synthétique mais gare aux raccourcis (ex : 500 fois plus de vitamines que l’orange), il fait l’apologie des baies de goji bio en tirant vers le bas celles provenant du Ningxia

Bref, vous voyez bien que chacun défend son bout de gras !

Bio ou pas bio, sachez tout de même qu’il y a des moments où il faut éviter de consommer des baies de goji car selon la médecine chinoise, elles ont des propriétés « chaudes ». Les situations sont les suivantes : 

  • en cas de rhume et/ou de fièvre
  • lors de problèmes intestinaux, et notamment en cas de diarrhée
  • si vous êtes sujet à des troubles de la coagulation (effet anticoagulant)

 

Alors, info ou intox ?

Ni l’un ni l’autre, ou plutôt les deux à la fois ! Après avoir lu cet article très dense, je ne vais pas vous laisser partir la tête pleine de points d’interrogation. C’est le moment de se rappeler quelques règles de bon sens qui vous aideront à vous faire votre propre avis.   

Règle d’or numéro 1 : ne pas abuser des bonnes choses. Prenons le chocolat par exemple, un carré de chocolat ne vous fait pas de mal et au contraire, il apaise le mental, procure du plaisir et apporte une dose de magnésium. En revanche, si vous mangez la tablette entière, c’est une autre histoire.

Règle d’or numéro 2 : tout est affaire d’équilibre. Un excès de yin ou de yang sera compensé par des aliments plutôt yin ou plutôt yang en fonction de notre constitution physiologique personnelle et de nos besoins ponctuels. Vous avez certainement autour de vous des personnes ayant toujours les mains chaudes et qui débordent toujours d’énergie (prédominance de yang) et des personnes plutôt calmes ayant toujours les mains froides (prédominance de yin). Le trait est volontairement grossi mais vous pouvez imaginer le concept. Je m’arrête là pour ce qui est du yin et du yang car ce n’est pas l’objet de cet article (et des recherches plus poussées s’imposent pour écrire un ou plusieurs articles dignes de ce nom).    

Règle d’or numéro 3 : adapter la posologie en fonction de ses besoins. Encore une fois, je ne suis ni médecin ni naturopathe, je vous livre juste mon expérience personnelle. Soyez à l’écoute de votre corps et faites appel à un professionnel de santé avant tout traitement thérapeutique.

 

Informations pratiques sur les baies de goji

Les consommer sous quelle forme ?

Privilégiez les baies de goji à l’état de fruit séché aux produits « transformés » (capsules, ampoules, etc.). Cet article synthétique du magazine Psychologies va également dans ce sens en citant les conseils d’une naturopathe.

Où les acheter ?

On peut en trouver en ligne, dans les magasins bio ou dans les herboristeries. Le marché est très concurrentiel, vérifiez bien les informations sur l’emballage. Cherchez la mention lycium barbarum et inspecter l’état des baies. 

Je trouve que le prix est un bon indicateur. Le prix au kilo se situe dans une fourchette de 25 €/kg à 50 €/kg. Concrètement, d’après mon expérience personnelle, à partir de 30-35 €/kg (45-50 €/kg en boutique bio), les baies lycium barbarum sont efficaces pour redonner de l’énergie en cas de coup de pompe par exemple. Pour ce qui est de qualité des baies, je dois encore approfondir mes recherches pour les fameuses baies provenant du Ningxia. Au début de la rédaction de cet article, je ne remettais pas en cause la qualité des baies qui proviennent de ce lieu de production. J’émets quelques réserves à l’heure actuelle et je continue mon enquête.

En-dessous de 30 €/kg, laissez tomber. Je n’achète pas celles de chez Tang Frères (environ 25 €/kg). Elles sont rabougries, très sèches voire cassantes. N’attendez pas de miracle à ce prix-là.

Personnellement, je vais à La Calebasse Verte au 15 rue de la Vistule, 75013 PARIS. C’est une herboristerie chinoise qui fait aussi office de cabinet de médecine chinoise. Passez outre le caractère bourru du vendeur, vous pouvez trouver un certain nombre de produits de la pharmacopée chinoise. Les dernières fois où j’y suis allée, un sachet de baies de goji coûtait 7,50 € (250 g, provenance : Ningxia). Comme elles sont sèches, je m’en sers surtout pour faire des tisanes. 

J’en achète aussi en boutique bio et depuis les recherches faites pour l’écriture de cet article, j’achète de plus en plus de baies de goji biologiques. Elles sont excellentes comme en-cas à grignoter tel quel ! 

 

Portion

Cure périodique

  • quantité : 15-20 g (ce qui fait environ 30-40 baies)
  • durée : tous les jours pendant 3-4 mois
  • quand : lors des changements de saison 

Cure préventive

  • quantité : 15-20 g (ce qui fait environ 30-40 baies)
  • durée : tous les jours en continu

Cure amaigrissante

  • quantité : 15-20 g (ce qui fait environ 30-40 baies)
  • quand : à des moments précis de la journée (1-2 heures avant les repas avec un grand verre d’eau)

Pour ma part, je ne fais pas vraiment de cure mais j’en consomme de façon ponctuelle lorsque je me sens fatiguée. Je fais un thermos de tisane au gingembre et aux baies de goji le matin et si besoin, je complète par une petite poignée dans l’après-midi. Ça me convient bien mieux que le café. Pas d’excitation ni de nervosité et l’énergie se diffuse en continu.

Ceci dit, le mieux est d’être régulier comme pour le sport ou d’autres habitudes à avoir pour être en forme sur la durée. En consommer au coup par coup, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. En écrivant cet article, je me rends compte qu’il vaut mieux en consommer de façon assidue le temps d’une cure. Je ferai ça lorsque j’en ressentirai le besoin et je reviendrai compléter l’article pour un retour d’expérience personnel.

NB : les baies de goji ont un pouvoir curatif. Il est possible de faire des cures thérapeutiques mais je ne suis pas qualifiée pour m’avancer dans ce domaine.

 

En cuisine, on en fait quoi ?

Dans les plats chinois, c’est simple, elles sont présentes partout ! Dans les bouillons clairs, dans les mélanges de fruits secs, en décoration dans les plats, dans des tisanes…

soupe-baies-goji

plat-legume-vert-baies-goji

chevre-confiture-figues-goji

Dans les pays occidentaux, les recettes où sont intégrées les baies de goji ne manquent pas non plus. On en trouve principalement dans les salades, les mueslis et les salades de fruits. A vous de laisser libre cours à votre imagination.

Voilà, j’espère que cet article vous aide à y voir plus clair sur les baies de goji.

 


Crédit photos (par ordre d’apparition) :

Baies de goji © Flickr

Provinces chinoises productrices de baies de goji © La Baguette qui Riz

Baies de goji fraîches © Wikipédia (page chinoise)

Dessert aux oeufs et aux bais de goji © Flickr

Feuilles de moutarde aux baies de goji © Flickr

Chèvre frais sur lit de confiture de figues, parsemé de baies de goji © La Baguette qui Riz


 

Laisser un commentaire